Le miel

REMPLACER LE MIEL ET LES PRODUITS ISSUS DE LA RUCHE

L’homme n’a pas besoin de miel pour sa survie, il peut tout à fait s’en passer. En revanche, les abeilles ne peuvent survivre sans leurs réserves de miel, c’est pourquoi elles le produisent et tentent de le protéger coûte que coûte, risquant même leur vie.

Essayez de voler le miel d’un essaim, celui-ci va le défendre farouchement, en attaquant le voleur et en le piquant. Or, les abeilles perdent leur dard lorsqu’elles piquent, car celui-ci étant relié directement à leur abdomen, leurs entrailles leur sont alors arrachées. Elles meurent inévitablement.

vegan sidekick
(Source : Vegan Sidekick)

La culture du miel par l’homme entraîne des souffrances chez les abeilles.
Les ailes des reines sont souvent coupées afin de s’assurer qu’elles restent dans la ruche.
Très fréquemment, les reines sont inséminées avec le sperme d’un mâle choisi dans une espèce particulière (espèce dont l’apiculteur espère préserver ou répandre les caractéristiques). Le sperme est collecté à l’aide d’une micro-seringue en décapitant le mâle et en pressant son abdomen afin d’obtenir une éjaculation complète. La reine, quant à elle, est anesthésiée et maintenue dans un tube de verre d’où dépasse l’extrémité de son abdomen, l’orifice génital étant maintenu ouvert par des écarteurs. La seringue est alors introduite dans l’orifice pour injecter le sperme choisi. Cette pratique entraîne donc automatiquement la mort du mâle, et très souvent également la mort de la reine, la manipulation étant extrêmement délicate.

Une autre pratique utilisée est bien sûr l’enfumage, qui consiste à paralyser les abeilles pendant plusieurs minutes en les enfumant avec une fumée épaisse. L’enfumage met les abeilles en état de stress extrême, et les manuels d’apiculture indiquent qu’il vaut mieux éviter son renouvellement trop fréquent car celui-ci peut provoquer des risques d’intoxication irréversible.

Les abeilles d’élevage sont fragilisées par leur concentration et les risques de contamination de maladies sont accrus. Lorsqu’une ruche est atteinte d’une maladie, le seul remède bien souvent utilisé par les apiculteurs n’est autre que… le feu. La ruche et ses habitants sont tous brûlés.

Pour remplacer le miel et donc le laisser à ses propriétaires, à savoir les abeilles, vous pouvez utiliser : le sirop d’agave, le sirop d’érable, le sirop de manioc.