Alors on mange quoi ?

Le lait n’est pas la seule source de calcium

Le calcium ne se trouve pas que dans le lait, loin de là : comme vu ci-dessus, on le retrouve dans une multitude de fruits et légumes, oléagineux, algues, etc. et qui plus est, notre corps l’utilise beaucoup plus facilement !
50 à 70 % du calcium présent dans les légumes (50 % pour le chou vert, 63% pour le chou de bruxelles, 83 % pour le blé complet) est assimilé par notre organisme contre 32 % pour le lait

Il existe aussi aujourd’hui un large choix de boissons végétales.
La plus connue est sans doute le lait de soja, mais on trouve maintenant, dans tous les supermarchés, lait de riz, lait de noisettes, d’amandes, épeautre, lait de coco, etc. Ils sont obtenus après trempage des graines ou des fruits secs, broyage et filtrage.
Ils ont l’avantage d’être digestes, riches en acides gras insaturés (pour tenir éloignés les maladies cardio-vasculaires et le cholestérol), en minéraux et en fibres.
Chaque boisson a des propriétés différentes. Ainsi, pour les boissons les plus courantes : le lait de soja est riche en protéines végétales et permet de lutter contre le cholestérol ; le lait de riz contient de la silice idéale pour assimiler le calcium et le magnésium ; le lait d’amandes ou de noisettes est parfait pour faire le plein de fer et de minéraux ; et on trouve les vitamines B, D, et E en abondance dans le lait d’épeautre (dérivé du blé donc contient de gluten).

 

Le cas particulier des nourrissons

Les laits végétaux peuvent également être une bonne alternative pour les nourrissons, à condition qu’ils soient achetés dans leurs versions dédiées aux bébés.
En effet, il peut y avoir des intolérances aux fruits à coques (les laits pour nourrissons sont donc plus souvent faits à base de soja ou de riz) et ils sont élaborés de telle sorte qu’ils répondent parfaitement aux besoins des enfants en bas âge, ce qui n’est pas le cas des boissons classiques.
Notons tout de même que le lait maternel reste naturellement le meilleur.

 

Les similis

De même que pour la viande, on trouve des similis pour les fromages ou pour les glaces.
Les fromages végétaux sont élaborés le plus souvent à base de soja/tofu fermenté ou d’oléagineux comme les amandes ou les noix de cajou.
Si vous voulez vous y essayez, nous vous conseillons cet article d’Ophélie Véron du blog Antigone XXI, qui nous livre ses recettes de fromages aux noix de cajou.
Si vous avez la “flemme”, vous en trouverez dans les magasins vegan ou sur Internet.

Pour ce qui est des glaces, les sorbets se font sans lait (et normalement sans œuf, mais gare aux industriels qui mettent des blancs d’œufs pour texturer la glace !).
Quant aux crèmes glacées, il existe plusieurs variantes pour garder le côté onctueux. On peut remplacer le lait par des bananes congelées si l’on n’a pas de sorbetière, sinon, on utilise généralement du lait de coco ou une huile végétale.
(Là aussi vous pouvez trouver facilement dans le commerce des glaces prêtes à être dégustées)

 

Remplacer le lait dans la cuisine

Là encore, se passer du lait est extrêmement facile.
En fonction du type de plat (gratin, quiche, crêpe, gâteaux, sauce), on utilisera du lait ou de la crème, du soja ou du lait de coco, ou de d’avoine, de riz, etc.
Par exemple, pour les quiches, le lait de soja ou la crème de soja feront très bien l’affaire. Idem pour les crêpes.
Le lait de coco est idéal pour les plats en sauce exotiques, ou la crème de soja si l’on ne veut pas rester classique.
Les laits de riz et d’épeautre feront très bien l’affaire en pâtisserie.